La poussière du chemin

Si cela, peindre-écrire-graver; sitôt qu’on a trouvé, on a perdu. Un amour qui s’installe est un amour fini.  Je n’aime que le provisoire, les départs et les haltes, les moments  absolus qui n’en restent pas moins des moments. Je n’ai pas choisi, j’ai accueilli.

La poussière du chemin, Jacques Brault, 1989

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s